Qui sommes nous ?

Histoire :

L’École, née en 1995, a donné ses premiers cours dans les foyers de 2 ou 3 familles; elle s’est installée, dans un deuxième temps, au sous-sol de l’Église Saint-Jean (rue Sainte-Catherine Est); elle a déménagé, dans un troisième temps, au sous-sol de l’Église Sainte-Cunégonde (rue Saint-Jacques); elle est sise jusqu’à maintenant au sous-sol de l’Église Saint-Jean-de-Matha.

Les objets de l’École Malgache de Montréal :

À des fins purement éducatives, sociales, culturelles et sans intention de gain pécuniaire pour ses membres, elle veut faire connaître Madagascar auprès des Québécoises et Québécois de toutes origines, auprès des Canadiennes et Canadiens; elle veut promouvoir des activités éducatives, interculturelles telles la danse folklorique, les jeux traditionnels, la musique traditionnelle, les cours de langue, les échanges interculturels et autres du même genre à la compréhension de la langue et de la culture malgache et soulignant ainsi l’apport des communautés culturelles, la sienne, à l’évolution de la culture québécoise en termes de compréhension mutuelle, d’identité et d’intégration dans le pays d’accueil (Québec, Canada).

Pour se faire, monter des sorties, des projets, des échanges, des formations, des cours, participer aux différentes activités données par les autres communautés culturelles, par le pays d’accueil et autres de même nature.

Objectifs généraux de l’école du samedi :

Dans le cadre de rencontres mensuelles, l’école malgache du samedi a pour objectif principal de familiariser ses élèves avec la langue malgache et pour certains d’entre eux de les y initier. Pour répondre à cet objectif, les enseignants qui sont en fait des parents bénévoles de l’école se donneront le mandat de :

. Se limiter à une langue malgache fonctionnelle de communication basée sur la vie quotidienne, avec des notions grammaticales liées à la situation orale

. Aborder les thèmes suivants : l’identité, le corps, la nourriture, la famille, l’école, les sorties (restaurant, magasins, loisirs, …) les chiffres, les couleurs, le temps (présent, passé, futur, heures, jours de la semaine, mois, saisons et année), etc.

. Enseigner à l’élève les coutumes, les valeurs, l’histoire et la géographie de Madagascar

. Utiliser des moyens interactifs comme les jeux traditionnels, les chansons, la danse, la musique, les contes, l’humour, les jeux de rôle, les collations malgaches, le bricolage et les travaux d’artisanat, la cuisine, les devinettes, les proverbes, l’utilisation de musique traditionnelle, l’écoute de cassettes ou de disques, le visionnement de cassettes vidéo, de films, etc.

. Chercher le matériel d’enseignement dans différentes cultures, dans la culture québécoise aussi bien que dans la culture malgache afin de :
. Ne pas trop dépayser l’élève
. Favoriser le parallèle et la compréhension mutuelle entre les deux cultures dans un contexte malgache

L’École suggère aux parents de continuer à parler en malgache aux enfants pour assurer la continuité de l’apprentissage.

L’administration :

Lala Rajoelisolo,
Sylvia Ranoroharimanana,
Sylvie Andriantsara-Razanajato.

2 réflexions sur « Qui sommes nous ? »

  1. Bonjour,

    Je suis recherchiste pour les Productions Eurêka ! et je souhaiterais discuter avec vous d’un projet de série documentaire sur les communautés culturelles du Québec.
    Les Productions Eurêka ! collaborent avec le CRIEM et Savoir Média pour la réalisation de cette deuxième série de 12 épisodes Web (15 minutes) durant lesquels un.e jeune reporter issu.e d’une communauté québécoise s’entretient avec des acteurs de son milieu et des experts afin de mieux se connaître et de faire connaître sa communauté, au-delà des idées reçues. Le projet s’inscrit également en continuum d’une publication lancée il y a deux ans, Vivre ensemble à Montréal, de laquelle nous souhaitons nous inspirer pour poursuivre la réflexion. Vous pouvez visionner ici la première saison de l’émission : https://savoir.media/series/vivre-tous-ensemble

    Je suis à la recherche d’une personne qui pourrait nous parler de la communauté malagasy du Québec. Alors que l’ambassadeur-journaliste (nous sommes déjà en contact avec cette personne) nous parlera de sa communauté de façon très personnelle, nous cherchons à compléter la discussion avec des informations plus factuelles sur la communauté, telles que les mouvements migratoires, les raisons sociaux-économiques reliées à ces immigrations, les statistiques, l’adaptation / intégration, la vie communautaire au Québec, le rapport à la langue, au pays d’origine, etc.

    Auriez-vous des recommandations de personnes que l’on pourrait interviewer à la caméra et qui pourraient nous apporter ces informations ?

    Un grand merci et au plaisir,
    ANik
    514.759.5599

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
38 ⁄ 19 =